Fondé sur une approche psychodynamique, ce modèle a été construit afin d’intégrer dans une perspective temporelle diverses approches théoriques du suicide (Modèles évolutionnistes, vulnérabilité-stress, psychanalytique, cognitifs, empiriques, systémiques, génétiques et neurobiologiques). 

Ce n’est donc pas un nouveau modèle en soi. En effet, il reprend des modèles de différentes orientations et les applique dans une perspective chronologique de l’émergence suicidaire. Bref, il a une vocation de synthèse de connaissances.

Schéma du modèle dynamique et chronologique

Image

Phases de l'émergence suicidaire

Vulnérabilités, stress et états problématiques

Le modèle présente d'abord un modèle vulnérabilité-stress où la personne présente certaines vulnérabilités qui, conjuguées à un stress provoquent un dérèglement entre la personne et son environnement. Ces processus psychologiques vulnérants entraînent la venue de plusieurs états psychologiques : l’état de vulnérabilité, l’état algique, l’état de contestation et d’absurdité existentielle et l’état de déconsidération de la condition humaine. La personne suicidaire peut ne pas vivre tous ces états psychologiques. 

Phase globale de préparation suicidaire

Ces états psychologiques problématiques fragilisent et heurtent la personne. À bout de solutions, la personne se tourne progressivement vers l’idée du suicide. Ainsi, la phase globale de préparation suicidaire a plusieurs fonctions : présenter une solution au problème, donner un sentiment de soulagement immédiat, acquérir un moyen, s’habituer à l’idée de la mort, diminuer la peur de se tuer, tester le "courage" de passer à l’acte, tester la réaction des autres aux menaces de passer à l’acte, retrouver une sensation d’existence et de contrôle sur soi et autrui. Bref, cette phase globale permet de se désensibiliser face au danger de la mort par suicide et rend l’idée du suicide plus attrayante. 

Phase de pré-passage à l’acte

Il s’ensuit une phase pré-passage à l’acte, où le sujet souffre toujours, mais il est prêt à se blesser ou à provoquer sa propre mort. "Quelques processus pré-passage à l’Acte feront office de facilitateur au déclenchement du geste : mise en état, état d’agitation, effondrement de la peur du suicide, gonflement narcissique, pressentiment coercitif, accalmie suspecte de préparation, irruption émotionnelle intense. Ces phénomènes peuvent ainsi provoquer une désinhibition motrice suicidaire" (Vandevoorde et al., 2016). 

Passage à l'acte

Le "passage à l’acte en lui-même nécessite quant à lui un état psychologique particulier composé d’un état cognitif, d’un état moteur, d’un état de la conscience, d’un état émotionnel et d’un état fantasmatique".

Concepts associés au modèle dynamique et chronologique du suicide

Ce modèle reprend les concepts suivants : 

Populations ciblées par le modèle

Toutes.

Référence: Vandevoorde, J., Sanchez Valero, A., Baudoin, E., Kamar, S., Chabert, B. et Baudoin, T. Rôle et nature du dérèglement de la relation sujet–environnement dans les théories du suicide. Annales Médico-psychologiques, revue psychiatrique. doi: http://dx.doi.org/10.1016/j.amp.2016.01.019

 

Pour citer

CRISE (2020, 28 janvier). "Modèle dynamique et chronologique de l'émergence suicidaire". Prévention du suicide: synthèses de connaissances. https://comprendrelesuicide.uqam.ca/modele/modele-dynamique-chronologique-emergence-suicidaire