Ce modèle se base notamment sur la psychologie évolutionniste et sur le constat à l'effet qu’un animal qui est défait par un rival et qui ne peut pas s’échapper devient soumis et servile. Selon les tenants de cette approche, les humains auraient gardé une partie de ce comportement primitif. Ainsi, lorsqu'une personne se trouve dans une situation de défaite, d’humiliation ou de perte de laquelle elle ne peut s’échapper, une dépression surviendrait.

La fiche qui suit décrit un modèle théorique pour expliquer le suicide, tel que présenté par des auteurs et chercheurs. Les postulats et modèles reflètent les positions des auteurs seulement et non le point de vue du CRISE ou de ses membres.

Selon le modèle Cry of pain, puisque seules quelques personnes ayant des idéations suicidaires auront des comportements suicidaires, l’important n’est pas tant que comprendre pourquoi et comment les idées suicidaires émergent, que de comprendre pourquoi et comment ces idées se maintiennent et s’exacerbent chez certains individus, au point où ces derniers sont de plus en plus pris dans l’idée et la planification de leur propre mort.

Le suicide comme complication de la dépression

Ainsi, dans cette perspective, être suicidaire serait une complication de la dépression. Les idéations et comportements suicidaires émergeraient d’un sentiment d’être pris au piège (entrapment). Si la personne a de bonnes capacités de résolution de problèmes, alors elle trouvera d’autres solutions que le suicide et les idées suicidaires s’estomperont. Même chez une personne qui a des capacités de résolution de problèmes déficitaires, les idéations peuvent s’estomper d’elles-mêmes si la personne est optimiste par rapport à l’avenir. Le suicide et l’automutilation seraient alors des cris de douleur, mais non pas un appel à l’aide.

Concepts clés

Deux concepts clés soutiennent ce modèle : 

  • « Entrapment » (se sentir piégé), défini comme l’incapacité (réelle ou perçue) de se sortir d’une situation difficile après avoir vécu une défaite, une humiliation ou une perte (Williams, 2005 : 72).
  • Défaite, définie comme un produit de la comparaison sociale. Un sentiment de défaite se produit quand une personne perçoit qu’elle a échoué dans une confrontation sociale ou lorsqu’elle sent qu’elle a perdu son rang social (Gunn, 2014: 37).

Schéma du modèle Cry of pain

Un aperçu général des relations entre les composantes du modèle a été dessiné par l’équipe en fonction des concepts et liens fait dans les textes décrivant le modèle.

Image
Description / Légende

Modèle Cry of pain - schéma

Populations ciblées par le modèle

Ce modèle cherche à expliquer le suicide et ses manifestations pour toute la population. Il vise autant les décès par suicide, les tentatives de suicide et l’automutilation non mortelle.

Stratégies d’intervention associées au modèle Cry of pain

Dans la perspective de ce modèle, les interventions doivent tenir compte de la manière dont la personne a construit un pattern d’association entre une humeur dépressive, l’inhibition de l’humeur positive, les pensées négatives et la rumination. Ces patterns rendent vulnérable le système cognitif de la personne, ce qui a un impact sur ses capacités de résolution de problèmes. Les approches cognitivo-comportementales et de pleine conscience (mindfulness) sont recommandées par les tenants de ce modèle pour changer les biais cognitifs des personnes (Williams, 2005 : 85; Gunn, 2014: 51).

Critiques du modèle dans la littérature

Les auteurs soulignent qu'il est difficile de distinguer entre le sentiment de défaite, celui d'être pris au piège et le désespoir qui en résulte. De plus, les relations entre les variables dans le modèle ne sont pas claires. 

Le modèle Schematic Appraisal Model of Suicide (SAMS) a été développé pour pallier les lacunes du modèle Cry of pain (Johnson, Gooding & Tarrier, 2008).  

Références :
Courtet, P., Castroman, J. L., Olié, É. (2016). La sémiologie du suicide au XXIe siècle. Annales Médico-Psychologiques, 174(6), 503-508. http://dx.doi.org/10.1016/j.amp.2016.04.008
Gunn, J.F., III. (2014). The role of defeat and entrapment in suicidal behavior. In J.F. Gunn III & D. Lester (Eds.), Theories of suicide: past, present and future (chap. 4, pp. 37-54). Springfield, IL: Charles C. Thomas.
Williams, J. M. G., Crane, C., Barnhofer, T., & Duggan, D. (2005). “Psychology and suicidal behaviour : elaborating the entrapment model”. In K. Hawton (Ed.), Prevention and treatment of suicidal behaviour: From science to practice (pp.71-89). Oxford: Oxford University Press.
Williams, J. M. G., & Pollock, L. R. (2000). “The psychology of suicidal behaviour”. In K. Hawton & K. van Heeringen (Eds.), The international handbook of suicide and attempted suicide (chap. 5, pp. 79-93). Toronto: John Wiley & Sons.
 

Pour citer

CRISE (2020, 27 janvier). "Modèle Cry of pain". Prévention du suicide: synthèses de connaissances. https://comprendrelesuicide.uqam.ca/fr/modele/modele-cry-pain