Les antidépresseurs augmentent-ils le risque de suicide chez les enfants et les adolescents?

En début de traitement, les antidépresseurs (incluant les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS) et autres antidépresseurs) semblent augmenter le risque d’idéations et de comportements suicidaires, comparés à un placebo.

L’augmentation du risque entre les antidépresseurs et les placebos serait entre 7 et 20 événements par 1000 patients.

Par contre, ces médicaments ne semblent pas associés aux décès par suicide.

Un risque plus élevé en début de traitement

Cinq études citées dans une recension ont cherché à évaluer si le risque de tentative de suicide varie selon le temps écoulé depuis le début du traitement par antidépresseurs. Ces études rapportent que:

  • Le risque est à son plus élevé dans le mois précédant le traitement par antidépresseurs
  • Le mois qui suit le début du traitement par antidépresseurs est la 2e période la plus à risque. Le risque de tentative de suicide serait doublé durant cette période.
  • Par la suite, il semble que le risque diminue progressivement.

Un risque qui varie selon le type d’antidépresseurs?

Les données actuelles ne permettent pas de déterminer avec certitude le niveau de risque selon le type d’antidépresseurs. Certaines études rapportent un niveau plus élevé de risque pour les ISRS, alors que d’autres trouvent un risque semblable entre ces derniers et d’autres types comme les antidépresseurs tricycliques (ATC).

Par contre, selon les méta-analyses disponibles:

  • La fluoxetine serait l’antidépresseur qui augmente le moins le risque d’idéations et de comportements suicidaires.
  • La venlafaxine est associée de manière constante à travers les études à une augmentation du risque de pensées et tentatives de suicide.

 

Les enfants plus à risque que les adolescents?

Les enfants (6-12 ans) traités par antidépresseurs semblent être plus à risque d’idéations et de comportements suicidaires que les adolescents (13-18 ans).

  • Dans une revue Cochrane publiée en 2012, les antidépresseurs les plus récents augmentaient de 58% le risque de pensées suicidaires et de tentative de suicide chez les jeunes de 6 à 18 ans, comparé à un placebo.
  • Or, lorsqu’on regardait séparément les enfants (6-12 ans) et les adolescents (13-18 ans), il n’y avait pas d’augmentation significative du risque pour ces derniers.

 

Par ailleurs, les jeunes pourraient être plus à risque que les adultes. Une méta-analyse citée dans une recension rapporte que la prise d’ISRS est associée à une augmentation du risque de suicide et de tentative de suicide pour les jeunes (enfants et adolescents), mais pas pour les adultes.

Antidépresseurs et décès par suicide

Les antidépresseurs ne semblent pas associés aux décès par suicide.

  • D’une part, les études pharmaco-épidémiologiques rapportent une association inverse entre le nombre de prescriptions d’antidépresseurs pour les enfants et adolescents et le nombre de décès par suicide dans ce groupe d’âge.
  • D’autre part, les études post-mortem menées sur des adolescents décédés par suicide montrent que pour la grande majorité d’entre eux, il n’y avait pas de trace d’antidépresseurs dans leur sang.

Par contre, l’absence d’antidépresseurs dans le sang des adolescents décédés par suicide est à interpréter avec précaution. Il est possible que les adolescents aient cessé de prendre une médication prescrite. Il est aussi possible que les médicaments aient déjà été évacués par l’organisme avant l’analyse post-mortem.

Comment interpréter ces résultats?

Les antidépresseurs, de manière générale, semblent augmenter le risque d’idéations suicidaires et de tentatives de suicide chez les enfants et les adolescents, surtout en début de traitement.

D’un point de vue clinique, ces résultats soulignent l’importance pour les cliniciens et l’entourage du jeune de surveiller étroitement l’évolution de la situation durant les premiers mois du traitement par antidépresseurs. Les risques et bénéfices doivent être bien considérés par toutes les parties prenantes avant de commencer un tel traitement. La présence d’idéations suicidaires avant le début du traitement doit être connue et une surveillance des idées et gestes suicidaires particulièrement étroite devrait être faite pour ces jeunes.

Plus d’études seront nécessaires pour:

  • Comprendre les mécanismes qui font en sorte qu’il y a une augmentation du risque
  • Identifier les types d’antidépresseurs qui augmentent plus le risque et ceux qui ne l’augmentent pas, le cas échéant. De plus, il serait important de déterminer si le niveau de risque est plus ou moins grand chez les jeunes qui prennent plusieurs médicaments différents (polypharmacie). De plus gros échantillons seront nécessaires pour assurer une force statistique suffisante.
  • Mieux comprendre les différences entre les enfants, les adolescents et les adultes.
    • En particulier, il serait intéressant de comprendre pourquoi il semble y avoir une augmentation du risque chez les jeunes mais pas chez les adultes, valider que le risque est plus élevé chez les enfants que les adolescents et comprendre pourquoi.

D’où proviennent ces données?

Les informations présentées dans cette page sont tirées de deux recensions systématiques publiées en 2014. Les deux recensions portent sur les enfants de 6 à 18 ans.

La recension publiée par Gordon et Melvin (2014) porte sur 35 études (dont 12 méta-analyses) et a pour objectif de déterminer si les antidépresseurs augmentent le risque d’idéations et de comportements suicidaires chez les jeunes.

La recension publiée par Cox et al. (2014) porte sur les enfants (6-12 ans) et les adolescents (13-18 ans) ayant reçu un premier diagnostic de trouble dépressif. L’objectif est de comparer l’efficacité des traitements par antidépresseurs seuls, d'une psychothérapie et des traitements combinés (antidépresseurs et psychothérapie) pour réduire les symptômes dépressifs chez les jeunes.

Pour citer

CRISE (2020, 18 juin). "Antidépresseurs et risque de suicide chez les enfants et adolescents". Prévention du suicide: synthèses de connaissances. https://comprendrelesuicide.uqam.ca/fr/connaissance/antidepresseurs-risque-de-suicide-chez-les-enfants-adolescents

Contenus connexes

Quel est le lien entre l’automutilation et le risque suicidaire chez les jeunes? L’automutilation…
Quels sont les indicateurs du risque suicidaire des enfants et adolescents et comment les utiliser…
Rechercher de l’aide : qu’est-ce qui influence les comportements de recherche d’aide des jeunes…